à la Une

Premier article de blog

Il s’agit de l’extrait de l’article.

Publicités

L’Horizon!

Pour moi c’est ce point au dessus de nos yeux,cet endroit qui nous donne envie de ne pas se fatiguer et d’avoir toujours du goût à continuer.A nous dire que aussi long soit le voyage on tiendra le coup.Alors un jour,un beau jour on sera là-bas.Là où aujourd’hui semblera ne pas exister tellement qu’il aura une plus belle mine.

L’Horizon!

C’est ce rêve qui n’est pas prêt de s’anihiler dans notre vie.Ce voyage prometteur qui nous réserve l’Eden!

article

Ce que veulent les Filles!

 

L’envie féminine, c’est quoi encore ?
Elles veulent un homme qui se donne
Quelqu’un qui propose sans calcul
Un amant qui s’offre à elles volontier
Une marionnette sous leur emprise
Mais pas un homme qui leur tonne,
Quelqu’un qui leur mettrait sous la canicule ;
Non! Mais un fou qui s’agenouillerait devant tout le quartier,
Pour leur témoigner sa soumission, sa dépendance.
Les femmes veulent un homme galant,
C’est-à-dire un homme à tout faire,
Quelqu’un qui n’hésiterait pas à les laver.
Un amant qui leur dirait de beaux mots en abondance ;
Mais pas d’un oisif, qui attend tout, toujours bêlant,
Pas de quelqu’un qui leur ferait vivre l’enfer,
Pas d’un abruti qui leur ferait, jour et nuit, baver.
Les filles veulent un homme raffiné,
Un homme tendre et attentionné,
Quelqu’un qui leur promettrait la lune,
Un romantique, sensible qui leur rendrait unique.
Les filles ne veulent pas vraiment d’un arrogant, d’un mégalomane,
Mais ce que veulent les filles, c’est plutôt un gentleman.
#LibrePensée!

Alors c’était toi?

Depuis des années j’étais plongé dans ce rêve,
Qui semblait ne plus finir, bien que merveilleux.
Aujourd’hui je me réjouis de me réveiller à tes côtés,
Réel ! Toi qui semblais être si loin de moi,
Te voilà tout près de mes trousses, fée sois mon élue !
En ces jours, je veux chanter ta beauté en mon sein.
Je n’arrive pas jusqu’à présent à croire que t’es à moi ;
Tellement que je t’ai désirée et voulue depuis des lustres.
Maintenant que notre idylle est, chérissons-nous bébé.
Promets-moi de m’être toujours fidèle, au-delà de tout ;
De m’aimer à ta façon mais avec douceur et marque.
Je me suis fait le pari de tout laisser pour toi,
Rends-moi la monnaie s’il te plait chère, sacre-moi Prince !
Avec toi, je compte faire les cieux des délices amoureux,
Visiter le paradis des amours enfantines et t’y loger à jamais.
Mignonne entre toi et moi, j’ai ôté le mot « déception » de notre DICO.
J’entre dans une nouvelle ère avec toi ma dulcinée,
Et cette ère, c’est celle de la liesse, du bonheur et du succès.
Je t’aime et je voudrais sincèrement t’aimer cinquante ans après.
Heureuse sois-tu Belle, tu es ma choisie et ma chérie !

Quand elle semble Unique

On chemine depuis longtemps,on a rencontrer toute sorte d’étoile.Mais celle là,elle semble être différente.Sa lumière semble mieux nous illuminer.Sa splendeur anihile tous nos soucis,sa beauté dépasse l’entendement du commun:elle est Sublime.La demoiselle nous hallucine,volontier son sourire nous conquiert.Sa voix belle,comme pourrait l’être celle de sa patronne,elle est juste magnifique!C’est comme si je venais de naître quand je pense à elle tellement que je l’aime.Rien que ces frasques me foudroient!Je l’aime tout simplement!

Encore un Check!

Voilà encore un jour que je me réveillais
Sans pouvoir me situer dans cet âge.
Je suis et je m’adapte au rythme des autres,
Pourtant, je suis loin de m’y sentir vraiment,
Mais bref ! Que faire ?
Si on avait toujours le choix de faire ce que l’on veut,
Je crois qu’on n’en serait pas là aujourd’hui.
Seul ! Quand j’analyse la situation des vauriens,
J’arrive quand même à une explication de leur état d’âme ;
Il faudrait bien reconnaitre que dans ce sort,
Personne ne s’occupe de notre personne ni de notre vie.
Et par ce fait, on est bien libre d’agir comme l’on veut.
Et rien n’est plus confortable que de se sentir soi-même,
De se sentir décideur de notre être et de notre devenir.
La vie mes chers sachez-le : c’est compliquée !
Surtout quand on s’agrée à la vivre en communauté.
En fort sociable et social, pourtant
Je ne vous cache pas mon admiration pour les solitaires.
Qui ne sont aucunement gênés par quoique ça soit ;
Ils vivent dans leur monde, épanouis, sans le nôtre.
Croyez-moi ! Cela ne m’étonnerait pas
Que les solitaires nous surnomment: les hypocrites.
Parce que, osons le dire, on s’importune plus qu’on ne s’épanouit.
Pourtant, on résiste à notre pacte du contrat social.
Toutefois, je loue cette communion aveugle,
Qui plus est un cadre d’aise et d’accomplissement.
D’où l’on se découvre et se couvre,
S’assiste et s’affirme, juste cela.
Il faudrait juste lui donner une petite touche de franchise
Et de sincérité pour l’idéal du commun que l’on aspire tous.

Il pleure son papa…

Le voilà qui pleure son papa dans les bras de son père,
Tout triste, presque orphelin, en manque d’affection.
Tout en sanglots, ce garçon souffre d’amour,
Il voudrait quelqu’un qui lui tiendrait la main sur le chemin de l’école,
Quelqu’un qui lui dirait des contes le soir dans son lit,
Quelqu’un qui lui aiderait à faire jaillir l’autre égo qui dort en lui.

Le voilà qui pleure son papa dans les bras de son père,
Tout triste, presque orphelin, en manque d’affection.
Tout seul, assis sur ce banc, on dirait un nouveau-né abandonné,
Il voit et entend tous ces rires autour de lui,
Ces papas qui l’entourent auprès de leurs fils,
Ces hommes qui nourrissent et chérissent leurs enfants pleinement,
Alors son affliction le dévore et l’empare, il pleure, il pleure…
Où est son papa ?

Le voilà qui pleure son papa dans les bras de son père,
Le père le console mais pourtant il ne veut que son papa.
Hélas ! Où est son papa?
Où cet homme qui devrait lui donner tant d’amour,
Tant d’affection et de chouchou, des câlins et des cadeaux.
Dites à son père de lui appeler son papa,
Car il a tellement sa nostalgie, il lui manque vraiment.
Le voilà qui pleure son papa dans les bras de son père !